Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 93
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0107
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0107
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 93 —

Maintenant, en ajoutant au nombre qui vient d'être rap-
porté l'inscription de Constantine que j'ai publiée dans mon
Étude démonstrative, etc., on trouve que, sur le total de
trente-trois ou de trente-cinq, deux ou trois seulement,
selon l'opinion de mes honorables contradicteurs, seraient
mortuaires, les autres votives ! Ce rapport serait opposé à
. toutes les notions acquises, et cet argument, que je fais ici
retentir pour la quatrième fois, étend sa quadruple force à
l'ensemble des monuments que j'ai étudiés dans ce Mémoire.
Je ne crains pas de le dire, quelque vulgaire que puisse pa-
raître la locution, ce serait le monde antique renversé.

Ainsi, en définitive, forme des pierres, ornements qui les
caractérisent, circonstances de gisement, tout concourt à
appuyer la présomption de destination funéraire des mo-
numents, et, par suite, à confirmer l'interprétation que je
propose pour les inscriptions. Rien ne prête secours à une
attribution votive : bien au contraire, du nombre même des
monuments ressort l'invraisemblance presque irrésistible de
cette attribution.

OBJECTION POSSIBLE; REFUTATION. MONUMENTS PEUT-ETRE

CHRÉTIENS.

On a découvert dans l'île de Cypre, à Athènes, à Malte, en
Afrique, sur l'ancien emplacement de Garthage, dans le
reste de la Tunisie, à Leptis-Magna, enfin à Enchir aïn
Hecbma, près de Guelma, un grand nombre d'inscriptions
phéniciennes et numidico-puniques incontestablement funé-
raires. Ce caractère est démontré, dans une épigraphe de
Malte et dans deux de celles de Carthage, par le mot Qi/ei5eR,
tombeau; dans d'autres, celles de Cypre, d'Athènes et de
Leptis, par des termes équivalents et la teneur des contex-
tes; dans celles de la Tunisie, hors de Cartbage, et dans
celles d'Enchir aïn Hechma, par l'énonciation de la durée

»
loading ...