Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 111
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0125
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Je crois que la 3e lettre de la première ligne à gauche
de la figure est un G, et qu'il faut lire les trois premières
lignes de ce côté DIGNISS1M.

Ce genre de pierres tumulaires paraît avoir été très en
vogue dans l'Aurès, on en trouve plusieurs aux environs
de Mena'a, tantôt avec une seule figure, tantôt avec deux
figures placées côte à côte. Malheureusement elles ont
beaucoup souffert, et les inscriptions sont complètement
effacées par le temps.

A l'entrée de la mosquée de la Zaouiya se trouve une
pierre hexagonale allongée, que j'ai fait déblayer, et où
j'ai lu l'inscription funéraire suivante :

N° 7.1

D . M
1 V LIAE
1 AN VARIAE
Y 1X .AN
X V

civ &Bi

> CR EN
TAM

mmsÊ ■

i Cette épitaphe a une telle ressemblance avec celle que M. Thuillier a
relevée à Mena'a, qu'on est en droit de supposer que c'est la même. La
copie de M. Thuillier fut publiée par M. L. Renier, dans le Rec des inscrip.
Rom. sous le n° 1617, dans la forme que voici : Dits manibus Iuliac
Laeverae (?) Vixil annis quindecim. Caius Iulius Quinlanus...—Le mot
Laeverae, que M. Renier regarde comme douteux, n'est pas autre chose
(il me semble) que la transcription fautive de lanuariae.

Note de la rédaction.
loading ...