Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 122
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.6
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0136
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
aux ruines de Qçar Halaba, petit fort byzantin assis sur
la voie, à 3 kilomètres au nord-est d'Aïn-Iagout et en
face d'un col du mont Tarbeut que l'on appelle Foum el
Mendri. Me rappelant une instruction récente, envoyée
par M. Léon Renier, je me suis mis à la recherche des
deux inscriptions qu'il indique, et je les ai trouvées dans
les murs de la construction où elles ont été placées avec
tant d'autres matériaux, qui remontent à l'époque de la
première domination.

12. 13.

IMFCAESLSEPTI IMPCLSEPTMO
MOSEVERO SEVEROPERTN

INCIAVG.-A
COADIABENI

CIAVGARABICO
ADIABENICOPA

TRPIII IMP^VQ
PMTRP LUI IIPREXfSCNCV
COSIIPP RANTEPOMPONIO
ISCNGIBE (?) -AVSTOAVREL F

SES FECER DD SOCRATENPRO

AVGGNNIIIREG

Bien que la lecture de ces inscriptions présente des dif-
ficultés sérieuses, il est hors de doute qu'elles datent
de l'empereur Septime Sévère, auquel elles furent dé-
diées. A la Ie et à la 8e ligne de la première pierre, on
distingue très-clairement les éléments les plus importants
du mot G1BBENSES, qui est le nom des anciens habitants
du pays. Voilà donc un débris de Gibba, que Morcelli
cite comme un évêché de la Numidie, dont la position
loading ...