Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 134
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0148
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0148
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 134 —

DÉCOUVERTES DANS LA PROVINCE DE CONSTANTINE

DEPUIS LE COMMENCEMENT DE L'ANNÉE 1860.

a L'utilité de l'épigraphie, dit M. Léon Renier, est fa-
cile à démontrer. C'est par les inscriptions que nous sont
parvenus les plus anciens et les plus irrécusables témoi-
gnages de l'histoire. Contemporaines des événements et
des hommes dont elles nous transmettent le souvenir,
elles peuvent nous donner sur ces événements et sur ces
hommes des notions incomplètes; mais, du moins, les
laits qu'elles attestent sont certains. Exposées publique-
ment pendant des siècles à la vue des populations nom-
breuses, intéressées à les contredire si elles eussent été
mensongères, elles ont acquis par là une sanction, un
caractère d'authenticité que les relations des historiens,
même les plus accrédités, ne possèdent pas toujours. »
(Encyclop. mod., Inscriptions.)

En effet, pour ne parler que des colonies d'Afrique,
qui ont en quelque sorte leurs annales à part, n'est-ce
pas à l'aide de l'épigraphie qu'on a retracé les itinéraires,
reconnu la plupart des centres de population et recons-
loading ...