Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 150
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0164
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0164
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
de la Numidie mentionné par Morcelli (Africm ckrisliatia)
et dont l'emplacement demeure inconnu. Ce viens con-
tient en effet les consonnes qui terminent la Ce ligne ;
il est écrit, le plus souvent, sous la forme BAZARITA ,
si rapprochée d'ailleurs des mots BASARIT^, BASAHTA,
qui, sous un ciseau inhabile, sont devenus BSRTA.

A 14 kilomètres de Constantine, c'est-à-dire à la dis-
tance que marque notre colonne, sur la route qui con-
duisait à Lambèse, et dont les tronçons reparaissent â
chaque pas, s'étend un vaste champ, où la découverte
d'une fontaine monumentale, d'un établissement de bains
qui semble en dépendre, et d'un cimetière dans lequel
j'ai relevé 17 épitaphes, nous permet de placer un cen-
tre de population assez considérable. Mais les itinéraires
anciens ne nous sont d'aucun secours dans cette circon-
stance , attendu qu'ils passent de Sigus à Cirla , sans
indiquer les points intermédiaires. Je dirai niènie que
la plupart des pagus, des castellum et même des petits
évêchés, répandus autour de Constantine , y sont passés
sous silence. Tels sont : 1° l'évéché d'Arsagal, dans le
pâté montagneux du Chettaba ; — ^2° le Pagus Pluien-
shem, sur le versant occidental de cette montagne ; —
3° le Castellum Mastarense, sur la route de Mila ; —
-4° Azimacium, à l'endroit que nous appelons le Hamma.

No 20.

. 10

AVGVST

A Aïn-el-bey, sur une colonne brisée.
loading ...