Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 154
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0168
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0168
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
même estampille sur des tuyaux de conduite, en terre
cuite, et M. L. Renier, auquel je l'avais communiquée,
l'a reproduite dans son Recueil, sous le n° 4209. Toute-
lois la marque des tuyaux commence par deux C.

No 29.
LËGWAVG

Legio terlia Augusta. « Troisième légion Auguste. »
Marque frappée diagonalement sur une brique blanchâtre,
en forme de pan carré, qui a été rapportée de Lambèse.
Plusieurs inscriptions trouvées dans cette localité donnent
à la 3me légion les surnoms de severiana, pia, vindex.

§ IV. — Épitaphes.

Toutes les épitaphes que nous décrivons dans nos An-
nuaires ne proviennent pas du Coudiat-Ati, où l'empla-
cement de la nécropole romaine a été reconnu. Une moi-
tié au moins nous a été fournie par les démolitions de
la ville. Je pense que le déplacement de ces pierres sé-
pulcrales, ainsi que leur emploi dans les constructions,
remonte seulement à l'époque berbère. Au lieu de creu-
ser les ruines séculaires, sur lesquelles ils devaient s'éta-
blir à leur tour, et de prendre leurs matériaux sur place,
les indigènes trouvèrent plus aisé de bâtir leurs maisons,
et surtout leurs mosquées, avec les blocs tout taillés dont
la montagne voisine était semée. On peut dire sans exa-
gération, que la domination musulmane s'est assise au mi-
lieu des débris de la puissance romaine : car, excepté
ceux qui s'appuient sur des soubassements antiques, la
loading ...