Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 172
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0186
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0186
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
pouvons le savoir que par un renseignement dû à Ebn-
el-Konfoud (1). En racontant l'insurrection qui troubla le
royaume desHafsites, pendant l'année 704 (de J.-C. 1304),
cet historien s'exprime ainsi : i Ben-el-emir avait à peine
été nommé caïd de Constantine, qu'il se déclara indépen-
dant et prêcha la révolte contre l'émir Khaled. Mais lors-
qu'il apprit que son souverain quittait Bougie et s'avan-
çait à la tête d'une armée formidable, il fit démolir les
ponts de la ville. » Depuis le commencement du quator-
zième siècle jusqu'à l'avènement de Salah-Bey, les com-
munications avec les hauteurs environnantes demeurè-
rent interrompues, et le rocher ne fut plus abordable
que par la langue de terre qui aboutissait à la porte Bab-
el-Oued, aujourd'hui « porte Valée ». Le lecteur me dis-
pensera de répéter ici ce que j'ai dit dans les Annuaires
précédents au sujet de la réédification du pont.

On a découvert sur la rive droite du ravin, et en
deçà du cimetière juif, une série de tombes creusées
dans le roc vif. Quelques-unes contenaient des médailles
romaines et numidiques ; une seule a fourni à notre
Musée une figurine en plomb, qui ne me semble pas
être autre chose qu'une idole du pays.

J'essaierai, dans un travail spécial, de déterminer ces
sépultures, qui différent, sous plusieurs rapports, de
celles des Romains.

(1) Ibn-el-Konfoud était né à Constantine, vers le milieu du XIVe siè-
cle. Il occupa un emploi à la cour du roi Hafske el-Farès, et c'est en
l'honneur de ce prince qu'il a composé le livre intitulé : El-faresia fl'd.
daula el-hafsia.
loading ...