Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 190
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0204
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
faisant une pareille prescription ? Est-ce par un sentiment
de piété? Avait-il une foi bien vive dans la religion de
ses pères ? Qu'on nous permette d'en douter. A l'époque
où nous sommes arrivés, le paganisme n'existait plus que
de nom dans la société romaine. Le néoplatonisme était
à l'ordre du jour, surtout dans les hautes classes. Cette
philosophie mystique, toute de scepticisme, avec sa mo-
rale facile et élastique, était parfaitêment en harmonie
avec les mœurs dissolues de ce siècle de corruption.

Non, si Cornélius Egrilianus fit élever des statues, c'é-
tait pour protester contre le christianisme , pour protes-
ter en même temps de son dévouement au gouvernement
établi.

L'empereur Septime Sévère, malgré ses qualités émi-
nentes ou plutôt à cause de ces mêmes qualités, était
hostile aux chrétiens. Ce prince, dont l'habileté et la pro-
fondeur sont incontestables, voyait dans le christianisme
une secte non seulement opposée à l'autorité impériale,
mais encore cherchant à renverser l'édifice social exis-
tant. Comme chef de l'État et chef de dynastie, il ne pouvait
pas, il ne devait pas voir différemment. Le moment n'é-
tait pas encore opportun pour faire du christianisme la
religion dominante. Rarement les grands de la terre se
mettent à la tête des idées nouvelles ; le plus souvent ils
se laissent traîner à leur remorque, et lorsqu'enfîn ils se
décident à faire un pas en avant, c'est pour sauver leur
existence sociale compromise par les progrès du siècle.

Beaucoup d'autres monuments religieux datent de la
même époque, élevés à la famille impériale et aux dieux
conservateurs de celte famille, soit par des particuliers,
soit par des corporations entières. La plus grande partie,
loading ...