Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 193
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0207
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0207
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
vient de considérer Théveste comme faisant partie inté-
grante du royaume Vandale. En effet, l'Abaritane1,
district de la Numidie, fait partie du nouvel Etat. Or,
une des villes principales de cette contrée (l'Abaritane),
est Abbir-Majeur ou Abbir-Germaniciana, signalée dans
la Table théodosienne sous le nom de Ad Germant*
et placée sur la route de Thèveste à Lambôse, à 35 milles
à l'Ouest de la première de ces deux villes. Cette consi-
dération de position suffit pour prouver ce que nous
venons d'avancer.

D'après tous les auteurs de cette époque, Genséric
laissa aux anciens possesseurs de l'Afrique toutes les
terres d'un moindre rapport, en les surchargeant d'im-
pôls.

Le reste fut divisé en deux parts : la première, connue
sous le nom d'héritage des Vandales et se composant dé
toute la Proconsulaire ; la seconde, appelée réserve du
prince et comprenant la Numidie, la Gôtulie et la Byza-
cène3. Il est probable> d'après cela, que Théveste était
un domaine royal.

En 484, nous voyons apparaître une dernière fois le
nom de cette ville pendant la période Vandale. Félix,
évêque de Théveste, figure le 75e sur la liste des éveques
de Numidie convoqués à Carthage par le roi Hunéric.
Cette conférence se termina par le fameux édit de ce

1 Victor Vitensis, 1, \>

2 I<1 ■ CGX.

3 Qui ne reconnaît dans ce partage les traces de la féodalité? Cette
particularité, d'ailleurs, ne doit pas nous surprendre, les Vandales n'é-
taient-ils pas d'origine teutonique, et la féodalité ne nous vient-elle pas
des peuplades du Nwrd?

15
loading ...