Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 199
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0213
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0213
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
byzantine, dans les jardins actuels et sur l'emplacement
de la ville primitive'. Quelques mots â ce sujet :

Procope raconte que dans les dernières années de la
domination Vandale, les habitants d'Adrumète se virent
obligés de fermer les ouvertures extérieures de leurs
maisons et de les relier les unes aux autres pour se dé-
fendre contre les Maures.

Ce même auteur, en parlant de Syllectc, s'exprime
ainsi3 : « Apprenant ensuite (Bélisaire) qu'il y avait à une
« journée de son camp, sur la route de Carthage, une
« ville maritime nommée Syllecte, dont les remparts
« avaient été autrefois ruinés, mais dont les habitants
« avaient fortifié les maisons pour s'opposer aux incur-
« sions des Maures, il y envoya un de ses gardes nommé
« Moraïde, avec quelques soldats. »

Revenons maintenant aux tours dont nous venons de
parler, et voyons quel est leur rapport avec ce qui pré-
cède.

Il en existe encore cinquante, mais dans le principe
elles étaient en bien plus grand nombre ; beaucoup
d'entre elles ont été abattues par les indigènes pour la
clôture de leurs jardins et journellement encore on en
démolit pour les constructions européennes.

Quelques-unes ont été recouvertes de terrasses et ser-
vent de maisons d'habitation à des familles arabes.

A première vue ces tours frappent l'imagination du
spectateur et font naître toutes sortes de suppositions sur
leur but véritable.

1 Voyez le plan général (Annuaire de 18'>8-59, pl. II).

2 Procope, de acdifîcis. Liv. VI, Cliap. 6.

3 Procope Bel!. Vand I, 16.
loading ...