Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 210
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.7
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0224
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0224
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 210 —

les ruines qui nous occupent sont celles d'un couvent
fortifié ; des considérations d'analogie d'exécution suffi-
sent pour faire reconnaître surplace, que la construction
de ce monument est contemporaine de celle de la citadelle.
.11 existait à Carthage un couvent dans le genre de celui
dont je parle. D'après Procope, Aréobinde, gouver-
neur de l'Afrique, s'y retira au moment de la révolte
de Gontharis contre l'autorité impériale, en 545. Voici
comment s'exprime à ce sujet notre chroniqueur 1 : « Il
« y a dans les murs de Carthage, sur le bord de la mer,
« une église desservie par ces hommes dévoués au ser-
« vice de Dieu, que nous appelons des moines. Solomon,
« -qui l'avait fondée peu de temps auparavant, l'avait
a environnée de murailles, afin que, dans l'occasion, elle
a pût servir de forteresse. Aréobinde se réfugia dans cet
« asile, où il avait envoyé d'avance sa femme et sa sœur. »

Celte description sommaire de Procope serait parfaite-
ment applicable à notre monument; il suffirait d'y rem-
placer le mot Carthage par celui de Théveste et de sup-
primer la phrase incidente : sur le bord de la mer.

Entrons maintenant dans quelques détails sur les rui-
nes de l'église chrétienne proprement dite.

Ce monument a été renversé de fond en comble ; seuls,
les murs extérieurs s'élèvent encore à trois ou quatre
mètres au-dessus du terrain naturel. De la cour qui pré-
cède la façade principale , on arrivait à l'église par un
perron de sept ou huit marches en pierres de taille. Le
sol intérieur est recouvert d'une couche de décombres
de deux mètres de profondeur. Plusieurs tranchées faites

i Bull, Vand. Liv. II Chap. XXVI.
loading ...