Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 230
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0244
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0244
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
RECUEILLIES PENDANT LA PUBLICATION DU VOLUME.

Un voyage que je faisais à Alger, dans les premiers
jours du mois d'août, m'ayant obligé de rester vingt-
quatre heures à Philippevilie, j'eus recours à l'obligeance
de M. Roger, l'habile et zélé conservateur du Musée de
cette ville, afin de pouvoir examiner à loisir les collec-
tions d'antiquités dont il a rédigé le catalogue.

Je voulais en môme temps que ma visite tournât au
profit de l'œuvre commune. C'est dans ces circonstances
que j'ai recueilli une trentaine d'inscriptions latines ,
dont le fac-similé et l'interprétation forment en grande
partie la substance du présent chapitre.

Philippevilie fut fondé en 1839, par les Français, sur
les belles ruines de Rusicade , qui occupaient le pli le
plus méridional du golfe de Numidie (aujourd'hui golfe
de Stora).

Les indigènes nous ont transmis, mais avec une forte
altération, le nom ancien de cette localité. Ils disent
Skikda au lieu de Rusicade, qui, suivant une conjecture
de notre savant confrère, le docteur A. Judas, serait un
composé punique ayant la signification de cap ardent.

La colonie de Rusicade était consacrée à Vénus, ainsi
qu'il appert d'un monument trouvé dans les déblais du
théâtre romain et sur lequel on lit : GENIO C0L0NIAE
VENERIAE RVSICADIS AVGVSTO SACRVM. L'existence
loading ...