Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 238
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0252
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0252
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Dis manibus Caeciliae Nigellinae, Caecili Galli, fia-
minis provinciae, filiae.

« Aux dieux mânes de Cécilia Nigellina, fille de Gé-
cilius Gallus , flamme de la province. »

Sur une stèle brisée par le bas.

Nigellina était fille d'un des premiers fonctionnaires de
Rusicade, qui fit bâtir à ses frais, dans cette ville, un
tribunal et des rostres, ainsi que l'atteste une grande
pierre trouvée sur l'emplacement du Forum et transpor-
tée au Musée du Louvre, en 4843. Sur la face principale
de ce monument, sont énumérés les titres et les fonc-
tions de Cécilius.

Voici l'inscription ; je l'emprunte au Recueil de M. L.
Renier 1 :

Gains Caecilius, Quinti filins, Galeria tribu, Gallusf
habens equum publicum, aedilis habens jaris dictionem
quaestoris pro praetore, praefectus pro triumviro quater,
praefectus fabrum consularis bis et practorii bis, habens
ornamenta quinquennalicia decreto decurionum, ex quin-
que decuriis , decuriarum trium, quinquennalis, prae-
fectus juri dicundo Rusicadi, flamen divi Julii,

Nomine suo et Proximiae, Marci filiae, Proculae, uxo-
ris suae, et ftliorum Gallae et Galli et Coruncaniae et
Nigellinae, tribunal et rosira sua pecunia facienda cu-
ravit:

On remarquera que l'épitaphe porte flamen provinciae,
tandis que l'autre document écrit flamen divi Julii.

1 Inscript rom. de l'Algérie, a' 2169.
loading ...