Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 248
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.10
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0262
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0262
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
N° 35. — Aux dieux mânes. Fortus (sic) a vécu 30
ans. Il repose ici. — Le galbe de l'F et de l'R indique
une époque de décadence.

N° 36. — Épitaphe double, dont je n'ai pu déebiffrer
qu'une partie.

N° 37. — Quintus Àxilius, surnommé Lolius, a vécu
73 ans. —La lre ligne est terminée par un double V, et
la 2e commence par un trait vertical. On pourrait lire
Axilinus ou Axilivus.

N° 38. — Aemilia Dativa a vécu... ans. — Fragment
d'une épitaphe grossièrement taillée.

Arsagal, aujourd'hui El-gotilïa, était «ne civiias « cité.»
Lors de l'établissement du christianisme en Afrique, elle
fut érigée en évêché. Victor de Vite nous a conservé son
nom sur la liste des anciens évêchés de la Numidie, mais
avec une transcription défectueuse ; car il écrit Arsaca-
ritanus, au lieu d'Arsacalilanus ou Arsagalilanus, ainsi
que le fait remarquer M. Léon Renier (Athenaeum franc.,
21 juill. 1855). En explorant pour la septième fois les
ruines imposantes de cette ville, qui ne nous a pour ainsi
dire laissé que son nom, j'ai revu l'autel dédié à Gérés-
(voir Y Annuaire 1854-1855) et j'ai obtenu la certitude
que ce nom s'écrivait avec un G, dont le crochet inférieur
fait un retour bien prononcé vers le centre de la lettre,
et l'empêche d'être confondu avec un C.

Puisque le lecteur veut bien me suivre à travers les
monceaux de pierres, débris de temples, vestiges de mai-
sons, soubassements de citadelle, qui sillonnent la surface
accidentée de ce plateau, je le mettrai en présence des
loading ...