Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 262
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0276
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0276
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 262 —

Diis manibus sacrum. Publius Julius, Proculus, vixit
annis LX. Marcus Julius Rufinus vixit annis XXII. Caius
Julius Ilonoratus vixit annis XX.....

« Monumentaux D. M. Publius Julius Proculus a vécu
60 ans. — Marcus Julius Rufinus a vécu 22 ans. —
Caius Julius Honoralus a vécu 20 ans. »

A la 9e ligne, il faut lire ; ossa vobis benè quiescant.

Les inscriptions qui précèdent, nous ont été commu-
niquées par M. le capitaine du génie Darras; elles ont
été trouvées sur la route de Sigus à Aïn-el-Bordj.

Le n° 20 est encastré dans le mur d'une masure arabe
à 1500 mètres de Sigus.

Selon toute probabilité, Aïn-el-bordj est sur l'empla-
cement de l'ancienne Turris Caesaris. (Voir la dernière
planche.) Voici les preuves sur lesquelles s'appuie ma con-
jecture :

1° Il existe de Sigus jusqu'à Aïn-el-bordj une route
romaine, parfaitement conservée, et qu'on peut suivre
dans tout son parcours.

2° La distance depuis Sigus est bien celle marquée sur
l'Itinéraire d'Antonin , savoir : 45 milles — 22 kilo-
mètres.

3° Aïn-el-bordj est situé dans le fond de la plaine des
Segnïas. La route romaine en question ne s'étend pas
au-delà ; elle est interrompue par des escarpements in-
franchissables. Or l'Itinéraire d'Antonin indique en effet
que la route de Girta à Turris Caesaris s'arrêtait brus-
quement à cet endroit.

A0 II y a sur la face orientale du fort les traces d'une
grande tour carrée de 20 mètres de côté , formant ré-
loading ...