Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 263
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.11
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0277
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0277
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
diiit intérieur. Cette tour a peut-être donné lieu au nom
de Turris Caesaris.

La forteresse romaine qui s'élève à Aïn-el-bordj est
placée sur un mamelon inabordable de trois côtés, et
d'un accès très difficile par le quatrième. Sa forme est
très irrégulière ; plusieurs de ses tours sont demi-circu-
laires ; les règles de flanquement n'y sont pas toujours
observées. Enfin tout porte à croire que le tracé de cette
construction remonte à l'époque numide. Ne serait - ce
pas là cette citadelle royale dont nous parle Salluste, dé-
fendue par des transfuges et assiégée inutilement par le
célèbre Mari us ?

No 24.

A Tébessa, dans l'annexe :

D M S
HEBENTINVS AVGTABE
LLAMVS VIX AN

isi»is xxv

5. COLLEG l VS TABELLA
RI FECERVM\
*« *

Diis manibus sacrum. Rebenlinus, Augusti tabellarius
vixit annis XXV. Collègue votum solventes tabellarii fe-
cerunt.

« Aux D. M. Rebentinus, courrier de l'empereur, a vécu
25 ans. Pour accomplir un vœu, les courriers, ses col-
lègues, lui ont élevé ce monument.»

La dernière lettre du mot collègue n'est pas apparente,
je l'ai remplacée par des points. — On trouve dans celte
épilaphe la preuve que les tabellarii de l'empereur étaient
loading ...