Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 5.1860/61

Seite: 268
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9386.12
DOI Seite: 10.11588/diglit.9386#0282
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1861/0282
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
— 268 —

et XXVIII sont des stèles anaglyphes 2, qui re-
présentent les divers emblèmes du culte des
Numides. Le n° XXII, que M. Judas considère
comme le plus complet et le plus intéressant,
appartient au Musée de Constantine.
M. —Les nos XXIX, XXX, XXXI et XXXII donnent
les revers de plusieurs médailles. Le n° XXIX
est une monnaie en argent de Carthage ou de
l'une des possessions carthaginoises en Afrique
ou en Sicile. Le n° XXX est le revers d'une
de ces pièces en bronze portant au droit une
tête dirigée à gauche, diadémée et garnie d'une
barbe pointue, dont on a ramassé une si grande
quantité en Afrique, particulièrement à Cons-
tantine. Les deux lettres écrites sous le cheval
sont de haute époque ; elles consistent en un
rneni et en un caph =z MK ou un noun = N.
En lisant MK, on peut y voir les initiales du
nom de roi MIKIPSAS. Le troisième revers
(n° XXXI) est emprunté à une médaille du
temps des Carthaginois qui a au droit un crabe
et à l'exergue une légende punique de haute
époque. Le quatrième (n° XXXII) descend aux
temps de la domination romaine, ainsi que
l'atteste l'inscription. L'invariabilité de la figure
prouve que c'est un type hiératique. Le
n° XXXIII représente le revers de plusieurs mé-
dailles sassanides , où se trouve un autel sur

Les anciens appelaient anaglyphes, les ouvrages sculptés ou ciselés
relief. Uac. anaglyphè « ciselure relevée en bosse. »
loading ...