Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 33
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.3
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0047
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0047
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
petit-fils du fils du divin Nerva, la République des Sad-
daritains. Par un décret du très-honorable Conseil (mu-
nicipal). »

Cette dédicace s'adresse à Caracalla. On sait que cet
empereur, par une vanité qui ressemble à une dérision,
ne craignit pas de profaner les noms vénérés d'Antonin
et de Marc-Aurèle, en se les attribuant sur les médailles
et sur les monuments publics. Lorsqu'il fut appelé au
trône avec son frère Géta, il reçut, en partage, la Mauri-
tanie et la Numidie ; c'est ce qui explique le grand nom-
bre d'inscriptions qui furent rédigées en son honneur
dans presque toutes les villes de ces provinces, et no-
tamment dans celles de l'est. Pour fixer la date du
monument de Saddar, je m'appuierai sur un passage
de l'histoire des Empereurs, par Lenain Tillemont, où il
est dit : « Caracalla prit le titre d'Impérator pour la 3e
fois dans la 47e année de son tribunal. » Or, la 17e
année de son tribunat concorde avec le commencement
de l'année 213 de J.-C.

On est fondé à croire que les dédicaces offertes au fils
de Septime Sévère sont des témoignages de la recon-
naissance des citoyens romains de la Numidie, pour les
grands travaux d'utilité publique que ce prince fit exécu-
ter pendant son règne. Un autre motif pourrait les avoir
inspirées, car Dion nous apprend que c'est cet empereur
qui, par une ordonnance devenue célèbre, rendit tous
les sujets libres de l'Empire, citoyens Romains.

Sur la droite d'Aïn-el-Bcy, vers le sud-ouest, on ren-
contre une ferme française, bâtie avec des matériaux an-
ciens , parmi lesquels figure un autel en calcaire, d'un
loading ...