Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 41
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0055
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0055
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
d'une jupe courte, les jambes chaussées d'une sorte de
houseaux (voir le n° 621 de la planche vu), et le poignet
droit protégé par une manche formée d'anneaux de métal
ou de cuir.

Ce fut au milieu du IIIe siècle avant J.-C, que les com-
bats de gladiateurs furent introduits à Rome. La Répu-
blique pour remercier les dieux de ses victoires et pour
fléchir le ciel après une défaite, dans une peste ou dans
une famine; les magistrats pour inaugurer leurs charges;
les ambitieux, pour plaire au peuple; les riches, aux
funérailles de leurs parents, donnèrent des jeux de gla-
diateurs. Ces scènes inhumaines duraient depuis 600 ans,
lorsque Constantin et ses successeurs les restreignirent
graduellement ; et leur abolition définitive fut un des
bienfaits du christianisme.

N° 695. — Lampe en terre grise, à peu près ovale et
dépourvue d'anse. Long. 0mI0; haut. 0m04. Un triple
filet entoure le tableau. — Sujet : Combat de gladiateurs.
L'un attaque son adversaire avec le poignard recourbé,
l'autre se fait un rempart de son bouclier. Ils portent
tous deux un casque empanaché de grandes plumes ou
peut-être de palmes (voir le n° 708) formant éventail, ce
qui donne un aspect bizarre à cette scène de meurtre.

iV° 102. — Lampe ronde et sans anse, de couleur
rougeàlre. Long. 0m10; haut. 0m04. — Sujet : Guerrier
vêtu de la clamyde, et coiffé d'un casque bas, sur un
cheval au galop. Sa main droite brandit une lance ou un
javelot à la hauteur de l'œil ; à son bras gauche est atta-
ché un bouclier circulaire. Ce tableau est inférieur aux
deux précédents, sous le rapport du dessin. (Ann. de la
Soc. archéol. i858-1859, p. 106).
loading ...