Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 54
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.5
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0068
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
54

vers un objet qui manque. Ge genre d'ornements s'appe-
lait chez les anciens antèfixa:

Planche IX. — Les nos 463 et 464 sont des fragments
d'une applique en terre rouge qui représente plusieurs
épisodes de la vie des Centaures, ces monstres fabuleux,
moitié hommes et moitié chevaux, nés d'Ixion et la Nue
que Jupiter substitua à Junon. — Sur la première bande,
on voit une chasse à la panthère ; sur la seconde deux
scènes différentes : 1° la toilette d'une princesse (?) ;
2° Achille présenté au centaure Chiron, que le poëte
décrit par ces mots « Semivir et flavi corpore mixtus
equi. d

Fragment de poterie rouge. Deux croix latines surmon-
tées chacune de l'agneau pascal ; exécution médiocre.
C'est peut-être le dessus d'une lucerna chrétienne.

Planche X. — Figurine en bronze faisant partie de
la collection de M. Gadot, membre de la Société archéo-
logique ; haut. 0m12. — Sujet : Cybèle couronnée de
tours « turrigera frontem Cybele redimita corona ». Elle
tient de la main gauche une corne d'abondance ; la main
droite a été brisée. C'est par erreur qu'on a écrit au-
dessous de l'image, le nom de Cérès. Cybèle, une des
grandes divinités du paganisme, était fdle du Ciel et de
la Terre, et femme de Saturne (le temps). Cette théogo-
nie, remarque M. Denne-Baron, est d'une grande pro-
fondeur d'observation et de philosophie. Ce fut une ad-
mirable sagesse, bien voisine de la religion, d'avoir
divinisé l'œuvre immense d'un Dieu unique, le ciel, la
terre et le temps, cette trinité puissante et mystérieuse,
mère des êtres, trinité qu'on appelle le monde. Cybèle,
loading ...