Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 84
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.8
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0098
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0098
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
84

déterrer une stèle quadrangulaire dont le sommet sculpté
avec une certaine recherche soulevait l'herbe. J'y ai lu,
sauf erreur, le reste'd'une épitaphe fruste que voici :

N° 4.

IOVI...E-
VLSC...
EXTR1CATA
MENI TO
M M- NI
MARTIA.
LISVETERA
NVS

Inscriptions funéraires d'Arsacal.

Quelques efforts que l'on fasse pour pénétrer dans les
ruines d'un centre de population, de quelque côté que
se dirigent les investigations, c'est toujours la nécropole
qui produit la plus abondante récolte d'épigraphes, et le
plus aisément, Arsacal avait deux nécropoles, séparées
l'une de l'autre par une distance de quinze cents pas.
La première, celle que nous avons parcourue pas à pas,
en venant d'Aîn-Smara, occupe un terrain un peu inégal
qui s'étend au sud-est. On y remarque six mausolées
carrés, qui, par leur élévation autant que par les soins
donnés à l'architecture, semblent destinés à perpétuer
au milieu des humbles sépulcres dont ils sont entourés,
le rang et l'opulence des morts qu'ils abritent. Mais la
cupidité des musulmans, toujours portée à supposer
l'existence d'un trésor sous chaque pan de maçonnerie,
loading ...