Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 127
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.8
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0141
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0141
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
127

d'une notice séparée „ de peur d'embarrasser par des
digressions d'une certaine étendue l'inventaire des ins-
criptions recueillies depuis la fin de l'année 4861. C'est
au-delà de ce point que nous porterons maintenant nos
regards, en suivant la direction du sud. Melila, située à
14 kilomètres de Constantine, occupe l'emplacement d'un
prœdium, où l'on a ramassé un cippe ânëpigraphe, orné
seulement de deux colombes, comme la plupart des sé-
pultures chrétiennes du pays. Il faut aller plus loin et
traverser la vaste plaine de Thaga, en laissant à gauche
le Madracen, pour arriver à un endroit digne d'intérêt :
je veux parler d'Oum-el-Asnam, qu'on nomme aussi Aïn-
Ksar « la fontaine du fort », à cause d'un reste de prœ-
sidium acculé au versant de la montagne qui commande
la route. C'est là qu'on est convenu de placer Tadutti
(voir l'Itinéraire de la subd. de Balna; Ann. Archéol.
4858-59, pl. X) : mais cette attribution, fondée unique-
ment sur des conjectures, attendait une preuve. Les tra-
vaux exécutés par le service des Ponts et Chaussées,
entre Ain-Yakout et Balna ayant dispersé les ouvriers sur
un parcours de plus de 40 kilomètres, les principaux
groupes de ruines furent examinés avec cette précaution
qui favorise les découvertes. Les ordres de M. De Lannoy
étaient précis. Aucune pierre portant l'empreinte de l'an-
tiquité, ne serait abandonnée sur le sol sans être retour-
née, copiée ou estampée. Comme on n'avait ni le temps
ni les moyens de faire des fouilles sur une grande échelle,
tous les efforts furent concentrés dans l'enceinte de la
petite citadelle, transformée en carrière par les nécessités

i Voir la notice sur A'in-el-boy, p 54.
loading ...