Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 139
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.8
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0153
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0153
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
L'esclave de naissance, celui qui était né dans la mai-
son du maître, et faisait partie de ses possessions, prenait
le nom de verna. Celui qui naissait dans les domaines
de la couronne était un verna Augusti. On disait aussi
servus Augusti, comme dans cette inscription découverte
à Constantine par M. Léon Renier et publiée dans son
Recueil, sous le n° 2052 : D. M. NICON. AVGVST°RVM.
SER.VIXIT.AMIS.XXI.II.S.E. La même idée se ratta-
che au mot arabe vJL^-Ls-^ mamlouk.

On peut tirer de l'inscription qui nous occupe, des
renseignements précieux, au point de vue social. Il paraît
que la qualité de verna Augusti, tout en marquant une
sorte d'infériorité, ne privait pas du droit de remplir
certaines fonctions, telles que celle de dispensator qui
désignait l'administrateur chargé d'ordonnancer les dé-
penses et, les fournitures d'une légion, comme dans le
cas présent.

N° 199.

D M S
HYGINO SER FIDELISSIMO
V A XXII
ADVENTVS AVG
VER EX DISP
LEG III AVG

Diis manibus sacrum. Hygino, servo fidelissimo. Vixit
annis viginti duobus. Adventus, Augustorum verna ex
dispensatore legionis tertiae Augustae.

« Monument aux Dieux mânes. A Hyginus, esclave
très-fidèle, Il a vécu 22 ans.

« Adventus, esclave né dans la maison de l'Empereur,
ex-intendant de la légion troisième Augusta ».
loading ...