Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 160
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.8
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0174
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0174
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
est celui qui se reproduit le plus souvent dans l'icono-
graphie chrétienne ; il est accompagné parfois des lettres
alpha et oméga, pour signifier le commencement et la
fin de toutes choses. La longue pierre sur laquelle j'ai
relevé cet ornement du christianisme, a été exhumée en
"1854, près de la fontaine du parc au fourrage. Elle for-
mait le linteau de la porte d'une sépulture chrétienne,
à côté de laquelle on a ramassé trois épitaphes d'une
écriture de la basse époque. Cette découverte nous fit
supposer un instant que le cimetière des chrétiens de
Constantine était enfin trouvé, et nous donna l'espoir que
des fouilles suivies seraient entreprises à l'endroit même.
Mais, l'intérêt de la science qui n'est qu'une chose secon-
daire dans les colonies occupées de leuri nstallation, fut
sacrifié une fois de plus aux besoins du moment. Nous
avons vu avec regret la terre rejetée dans les tranchées
d'où était sorti si heureusement ce témoignage révéla-
teur.

A. Cherbonneau.

Nota. — Quelque soin que l'on apporte à l'examen
d'un nombre aussi considérable de textes épigraphiques,
il est impossible qu'il ne s'y glisse pas une erreur. Sur
les 250 inscriptions que nous avons enregistrées dans la
présente notice, et qui sont des matériaux entièrement
inédits, le Recueil de M. Léon Renier en revendique
deux, les n°s 198 et 199.
loading ...