Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 162
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0176
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0176
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
462

sous le consulat d'Orfitus et de Priseus, l'an de la Pro-
vince 110. »

L'inscription est sur une pierre votive qui devait con-
tenir au moins deux cadres superposés; la pierre a été
brisée et il ne reste plus que le cadre inférieur et une
petite partie de celui qui était au-dessus. Dans ce der-
nier, on distingue encore le bas d'une toge, la base d'un
autel et les pieds d'un personnage, qui était sans doute
le prêtre Gallus. Le cadre inférieur, qui est entier, re-
présente en relief le sacrificateur ou popa, tenant une
bâche de la main droite, le bras gauche ramené sous
l'aisselle droite et le bras droit levé, dans l'attitude d'un
homme qui va frapper. Il ne porte qu'un tablier ou une
jaquette courte roulée autour d'une ceinture et descen-
dant jusqu'aux genoux ; tout le reste du corps est nu.

Un serviteur, le victimarius, tient de la main droite la
victime par le cou ; il porte une tunique qui descend
jusqu'à mi-jambe et par-dessus, une exomide jetée sur
l'épaule gauche et nouée sur le flanc droit, de sorte que
le bras reste libre. La victime, un bélier, est placée entre
les deux personnages et a la tête penchée vers la terre,
ce qui indique qu'elle est offerte aux héros, ou aux morts,
ou aux divinités infernales.

Les trois premières lignes de l'inscription sont gravées
sur le filet qui sépare les deux cadres ; les caractères
sont bien refouillés et parfaitement conservés ; la der-
nière ligne est au bas du monument. 11 manque à l'ins-
cription le nom de la divinité à laquelle est faite la dédi-
cace ; il devait se trouver, comme d'ordinaire, sur le
fronton qui servait de couronnement au cadre supérieur.
Mais la perte de ce renseignement n'enlève aucune valeur
loading ...