Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 163
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0177
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
à l'inscription, dont l'importance est dans la dernière
ligne.

Les fastes consulaires donnent pour consuls en l'an
149 de J.-C. Servius Cornélius Scipio Orfîtus et Quinlus
Nonius Priscus ; bien que notre épigraphe ne fasse pas
connaître leurs prénoms, seul reproche qu'on puisse lui
adresser, il n'est pas possible de se méprendre sur l'iden-
tité des personnages dont elle rappelle les noms avec
ceux que nous fournissent les Tables. On voit, en effet,
un Cornélius Scipio Orfilus consul en 172 et 478, et un
Slatius Priscus consul en 459, mais Orfîtus et Priscus
n'ont géré ensemble le consulat qu'en 149.

Ainsi, l'an 440 de la Province correspond à l'année
449 de l'ère chrétienne, ce qui revient à dire que l'année
4re de Province correspond à l'an 40 de J.-C, ou que la
Mauritanie a été déclarée province romaine l'an 40 de
J.-C.

Ce point était acquis à l'histoire depuis la publication
des documents que nous allons rappeler, et notre ins-
cription a le mérite de confirmer de la manière la plus
évidente la référence des deux ères que l'on en avait dé-
duite.

Dans la Revue Archéologique du 45 octobre 4854,
pages 445 et 446, M. Léon Pienier avait fait application
du synchronisme de l'ère mauritanienne à propos de qua-
tre inscriptions de Tiaret, mais il en avait négligé la
démonstration ; il ne connaissait, sans doute, alors que
l'inscription d'Aïn-Zada, à laquelle il se référait. M. Ber-
brugger traita la question dans le n° 4 de la Revue Afri-
caine à propos d'un document épigraphique découvert à
Bougie, et M. le docteur L. Leclerc vint compléter sa
loading ...