Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 165
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0179
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0179
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
l'auteur. Il trouve clans le texte, indépendamment de la
surchage, des obscurités telles qu'il n'aurait pas osé le
prendre pour base d'un nouveau système chronologique,
s'il n'avait pas eu d'autres documents sous les yeux.

Déjà avant lui, M. Léon Renier avait étudié cette ins-
cription et avait émis l'avis que les Sétifiens, dans un
moment où les relations avec la capitale de l'empire
n'étaient pas commodes, pouvaient bien ignorer les noms
des consuls de l'année et se tromper sur l'indication do
la date consulaire.

Il est vrai que de 442 à 455 les Vandales, tout en
vivant en bonne intelligence avec l'empire d'Occident, ne
négligeaient pas de parcourir les mers en corsaires. Ces
courses avaient un double résultat : l'espoir du butin
appelait sur les navires de Genséric une foule de Maures,
et c'étaient autant d'alliés qu'il recrutait; en outre, pen-
dant qu'il s'occupait de l'organisation de ses États, elles
entretenaient chez les Vandales le goût de la mer et les
habituaient à ses dangers et aux combats maritimes.
Mais elles n'interrompirent pas les bonnes relations qui
existaient entre les deux gouvernements, et Valentinien III
ne fut pas inquiété dans la possession de la partie
de la Numidie et des Mauritanies que lui avait données
le traité de 442. S'il en fallait une preuve convaincante,
nous la trouverions dans le Code Théodosien. En effet,
une loi de Valentinien du 43 féviier 451, antérieure
seulement d'une année à la dédicace de Saint-Laurent,
ordonnait de placer sur les domaines impériaux des Mau-
ritanies les fonctionnaires des provinces Vandales qui
avaient été dépouilles de leurs charges et de leurs biens,
et de leur distribuer 43,000 mesures de terre; ce qui
loading ...