Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 167
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0181
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0181
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
mais elle ne touche pas aux deux bouts de la pierre, ce
qui prouve qu'elle a été faite avec intention et non pour
effacer des caractères préexistants, lesquels se seraient,
continués jusqu'à l'extrémité de la pierre, au moins du
côté droit, ainsi qu'on le remarque sur les autres lignes.
Les lettres ont six centimètres de hauteur à la lre ligne,
six et demi à la 2e, et cinq à la 3e; mais comme elles ne
sont pas toutes égales, que quelques-unes dépassent les
autres, soit en haut, soit en bas, on peut admettre sept
centimètres pour la hauteur la plus forte. Or, s'il y avait
eu grattage, il aurait dû porter sur la hauteur des lettres
les plus élevées, c'est-à-dire présenter une ouverture de
sept centimètres, ou bien on aurait laissé des amorces de
lettres sur les bords de la rainure, ce qui n'existe pas.
Les lettres des deux premières lignes sont même creusées
plus profondément que la rainure, et le fond uni de cette
dernière ne montre pas de trace de caractères primitifs.

Ainsi, toutes les parties de notre inscription se rap-
portent au même fait et chacun des personnages qui y
sont dénommés y conserve son individualité et son carac-
tère propre.

Si nous passons à l'examen du texte, il nous sera facile
de montrer que l'obscurité que l'on a signalée provient
d'une restitution inexacte d'un passage de ce texte. En
effet, M. le général Creuly, probablement d'après le
Recueil des inscriptions romaines de l'Algérie publié par
M. L. Renier,1 traduit les deux dernières lettres de la 3e
ligne par mensis novembris, et alors la qualification <Xau-
gusti, qui suit, s'appliquant à ce mois, crée un fait nou-

1 Inscriptions rom. de l'Algérie, n° 5431.
loading ...