Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 170
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0184
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0184
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Mais il ne nous apprend pas en quelle année ces chan-
gements eurent lieu. Sextus Rufus est le plus ancien au-
teur qui fasse mention de la Mauritanie Sétifienne, dans
son abrégé des victoires et des provinces du peuple ro-
main ; et elle avait une administration propre bien long-
temps avant lui.

Ainsi, rien de certain ni dans les inscriptions ni dans
les chroniqueurs. Mais en nous aidant des unes et des
autres, nous espérons parvenir à trouver au problème
une solution satisfaisante.

De tous les monuments épigraphiques portant le
nom de la Mauritanie Sétifienne connus jusque aujour-
d'hui, le plus important, au point de vue de la question
qui nous occupe, a été découvert à Bougie dans le cou-
rant de l'année 1860, et publié par M. Berbrugger dans
la Revue Africaine d'après les estampages qui lui en
avaient été adressés. L'inscription est ainsi conçue :

IVNON1 CETERISQ DUS
IMMORTALIBVS GRATIAM
REFERENS QVOD COADVNA
TIS SECVM MILITIBVS DDNN
INVICTISSIMORVM AVGG
TAM EX MAVRE•CAES•QVAM
ETIAM DE SITIFENSI ADGRES
SVS QVINQVEGENTANEOS
REBELLES CAESOS MVLTOS
ETIAM ET VIVOS ADPRE
HENSOS SEDE PRAEDAS
ACTAS REPRESSA DESPE
RATIONE EORVM VICTO
RIAM REPORTAVERIT
AVREL LITVA V-P-P-P-M-CAES
loading ...