Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 171
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0185
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0185
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Ce texte supporterait quelques critiques. Durant le mois
de janvier 1861 nous trouvant à Bougie, nous avions
occasion de le vérifier sur la pierre, mais elle avait été
taillée et placée en bordure au trottoir de la place de
l'Église; dans l'état de mutilation où elle était, nous
n'eûmes plus la force de l'étudier.

Tel qu'il est, le texte se restitue sans difficulté :

Junoni ceterisque Dits immortalibus, gratiam referais
quod, coadunatis secum militibus dominorum nostrorum
inviclissimorum Augustorum (duorum), tam ex Mauri-
tania Caesariensi quam etimn de Sitifensi, adgressus
Quinquegentaneos rebelles, caesos etiam et vivos adprehen-
sos, sede praedas actas, repressa desperalione (pro deprae-
datione) eorum, victoriam reportaverit, Aurelius Litua,
vir perfectissimus, praeses provinciae Mauritaniae Caesa-
riensis.

Ce qui peut se traduire littéralement ainsi :

« A Junon et aux autres Dieux immortels ! en recon-
naissance de ce que, à la tête des troupes de nos Sei-
gneurs et Augustes très invincibles, tirés tant de la Mau-
ritanie Césarienne que de la Sétifîenne, ayant attaqué
les Quinquégentiens révoltés, en ayant tué un grand
nombre, ayant fait aussi des prisonniers, s'étanl chargé
de butin sur leur territoire et ayant réprimé leurs bri-
gandages, — il a remporté une victoire, — Aurelius
Litua, homme perfectissime, gouverneur de la Maurita-
nie Césarienne (a élevé cet autel votif). »

Nous connaissions déjà cet Aurelius Litua par cette
autre inscription trouvée par M. Berbrugger à Cherchel
et publiée aussi dans la Revue Africaine :
loading ...