Annuaire de la Société Archéologique de la Province de Constantine — 6.1862

Seite: 172
DOI Artikel: 10.11588/diglit.9387.9
DOI Seite: 10.11588/diglit.9387#0186
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/annconstantine1862/0186
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Jovi oplimo maximo ceterisque Diis immortalibus, gra-
tum referens quod, erasis fimditus Babaris transtagnen-
sibus, secundo, praeda fada, salvus et incolumis cum om-
nibus militibus dominorum nostrorum Diocletiani et Maxi-
miani Augustorum regressus, Aurelius Litua, vir perfec-
tissimus, praeses provinciae Mauritaniae Caesariensis,
votum libens posui.

Notre personnage était donc gouverneur de la Mauri-
tanie Césarienne sous Dioclétien et Maximien Hercule ;
cette indication suffit pour nous donner une des limites
extrêmes dans lesquelles on doit circonscrire l'époque de
son expédition contre les Quinquégentiens. C'est en 297,
au plus tard, que Maximien vint faire la guerre à ces
tribus révoltées, les soumit et les transporta, si nous en
croyons son panégyriste K Rien n'indique qu'elles se
soient soulevées de nouveau sous Dioclétien, et il nous
faut arriver à la grande révolte de Firmus pour enten-
dre encore parler, sinon des Quinquégentiens, du moins
de quelques-unes des peuplades qui formaient la confé-
dération. C'eût été audacieux, d'ailleurs, de la part d'un
gouvernement de province de faire élever un monument
de sa victoire sur des peuples qui venaient à peine d'être
vaincus et transportés par son empereur.

L'anné 297 est donc la limite la plus rapprochée de
l'expédition d'Aurelius Litua ; l'autre limite va nous être
fournie par une inscription qui existe à Sétif sur la pro-
menade d'Orléans, où ont été réunis les documents épi-
graphiques découverts dans cette ville.

i Incerti paneg. Maximiano et Conslanlino, VIII. Tu, ferocissimos
Mauritaniae populos inaccessis monlium jugis et nalurali munitions
sedentes expugnasti, recepisli, transtulisti.
loading ...