Antonini, Annibale
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: IV
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0008
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
IV

P F F F C F.

l'on voit tous les jours iortir des
Livres Italiens pleins de toute lorte
de fautes : la raison en ed claire.
Les Italiens viennent dans l'Alle-
magne , ne le trouvant pas en état
d'exercer aucune profeldon , soit
parce qu'ils n'en lavent point, sbit
parce que les Loix des diderens Pars,
où ils se trouvent, le leur défen-
dent, mais obligés de gagner leur
vie , ils embradent celle d'enleigner
leur Langue, sbit qu'ils le fadent
bien ou mal, ils ne s'en sbucient
guéres*, pourvu qu'ils le tirent d'ad
mire. De là naident ces impodu-
res , par lesquelles ils tâchent d'é-
blouir les dmples, & de s'acquérir
chès le peuple quelqu'edime. Il y
en a qui se vante d'être Romain,
parce que dans l'Allemagné l'on
croit, qu'à Rome on parle mieux
que dans tous les autres endroits,
sélon le faux Proverbe inventé, à
ce que je crois, par quelqu'Etran-
ger, ou par quelqu'italien ignare
de
loading ...