Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: IX
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0013
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
P 72 F F ^2 C F.

Cependant il ne faut pas croire
que les Italiens leuls fadent tout le
mal, puisque des Etrangers y em
trent auid. il n'y a perlonne qui
ne lâche combien lont rares les
Etrangers qui réulddent à la pêrfec-^
tion en apprenant une Langue qui
leur eA étrangère , de lorte qu'ils en
lâchent à lond toutes les régies, &
loient en état de les communiquer
aux autres , lans y mêler quelque
choie de leur propre Langue. La
plus grande louange qu'en matière
de doctrine on donne au Roi de
Prude , d'une gloire immortelle,
c'elt qu'il parle & qu'il écrit en Fran-
çois comme un François natif, &
on admire cela d'autant plus dans
cet Augude Souverain, que c'ed
une choie extrêmement rare, par-
ce que d'ailleurs s'il étoit facile à un
Allemand de podeder parfaitement
la Langue Françoile, ce leroit bien
ridicule que de l'admirer dans un
poi d célébré par pludeurs autres
X s endroits.
loading ...