Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: XXIII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0027
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
P F F' F ^ C F.

XXIII

{uroit ce qu'il ne comprenoit pas,
ou qu'il envioit. Enhn ce qui con-
vaint encore plus l'Auteur de cette
Lettre , c'eib ce qu'il raconte lui-
même de la tradition ridicule de la
Fêe Meludne de la Mailon de Lu-
cignan : cette fable elf beaucoup
plus ancienne que le & l'^s-
, c'eib pourquoi on pourroit
dire à bon droit, que Meilleurs les
François ne reçurent pas ces rail-
leries des Poëtes Italiens , puisqu'ils
en êtoient déjà auparavant dans une
parfaite poslellion.
La seconde Remarque nêcessaire
esf touchant les Sibylles dont on
parle dans la même Lettre. Cet
Auteur Ibutient qu'il y a eu des Si-
bylles ( ce qui ne me lemble pas si
aise à prouver ) mais il se détermi-
ne ensuite à en reconnoitre seule-
ment trois, & il le prouve par des
raisbns les plus ridicules du monde.
La Sibylle de Delphe, dit-il, pro-
loading ...