Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 6
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
6 FmjJ/Arcy Je FJtJentttc.
sitis confus de ne vous avoir jamais rendu
aucun service qui l'ait mérite ; peut-être
serai-je plus heureux à l'avenir, & pour
lors je vous montrerai/en effet combien je
suis.

V.
YEsais, Moniteur, à quel point mes inte-
J rets vous sont chers ; les bons offices que
vous m'avés rendus dans une infinité d'oc-
calions, ne me permettent pas d'en dou-
ter. Il faut néanmoins que je vous re-
commande l'affaire , dont vous avés bien
voulu.prendre soin, comme lì j'étois moins
persuadé de votre affection. Vous êtes lt
prévenu que j'ai raisbn , & mon Avocat
m'a promis lisouvent devant vouxun heu-
reux succés, que vous pourriés vous re-
poler un peu trop sur cette confiance.
Vous connoides mes Parties; vous lavés
que ce sont des gens qui ne cherchent
qu'à me lurprendre. On me dit dans ce
Pais, qu'il y a dans la procedure certaines
subtiütés qui le moquent du bon droit.
Souffres donc, Moniteur, que je vous prie
de voir mon Procureur le plus louvent
qu'il vous sera pohible , & d'avoir les
yeux à tout, puilqu'il s'agit de la plus gran-
de partie de mou bien. Je sins &c.

VI.
loading ...