Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 8
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
3 F%772z/zsrer^s

VI.
t^Ncore que mon indisposstion m'arrête
dans ma Province , il ne tient qu'à Mada-
me la Marquilê N. , que je ne me fade
porter à Paris , pour être son sblliciteur
auprès de vous. Mais elle ne veut pas user
de tout le pouvoir, qu'elle a sur moi ; &
pouvant m'ordonner un voiage , elle se
contente de me demander une Lettre. Je
la lui donne, comme une grâce qu'elle me
fait i & je vous l'écris avec autant d'ar.
deur, que si toute ma fortune dépendoit
du succès de son asfaire. Vous voies ,
Moniteur , que la chose change de natu-
re, & que ce n'esf plus son procès, que
je vous recommande ; en un mot ce sont
mes intérêts, que je mets entre vos mains,
& que je poursuis sous un autre nom que
le mien. Je ne vous parle point du mé-
rite de l'illusfre personne , qui vous rend
ma Lettre ; ce seroit vous faire tort de
croire , que vous ne connoisscs pas une
vertu si généralement révérée. D'ailleurs ,
je renfermerois un trop grand sujet dans
un trop petit espace , & il sembleroit que
j'aurois dedein de mêler quelque chose d'é-
tranger , à une cause que je regarde com-
me la mienne. Vous pourries même vous
imaginer, si je vous disois toutes les rai-
sbnsquime doivent faire accorder ce que je
deman-
loading ...