Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 28
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0062
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
2g ZV/UTi Je
gc, & je serois le plus ingrat du monde,
si je ne reconnoillóis pas* l'amitié que vous
me faites shonneur d'avoir pour moi.
Vous n'étes pas né pour vous leul, vous
obligés géuéreulement , & ie but que vous
vous propoies n'elf qu'honnêteté. Je vou-
drois que mon pouvoir fût ailes grand pour
vous rendre des grâces proportionnées au
servine, que vousm'avés rendu; mais jq
vous prie d'etre perluadé que le tems, &
Téioignement ne changeront jamais rien
à la rélolution que j'ai prile d'étre toute
ma vie par rcconnoiiiàuce & par inclina-
tion.

XX.
TL n'y a que deux jours que vous êtes
parti, & il me semble qu'il y a déjà pres-
que un liécle, tant la (atistadion que je
trouvois à vous voir me rend votre ab-
ietine insuportable ; j'elpere pourtant, qu'el-
le ne diminuera rien de votre amitié, &
je me promets des preuves de la conti-
nuation , par l'honneur que vous me
ferés de m'écrire quelquefois & de m'allu-
rer de l'état de votre lanté. Vous n'i-
gnorés pas la part que j'y prens, & vous
êtes trop julfe pour me refuier la grâce que
je vous demande. C'ed par-là que vous
pou-
loading ...