Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 46
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0080
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
43 ZcjYw Je Pdrz/cttzzre.
quiète. Ce n'esf pas que j'aie tout - à - fait
besoin d'argent ; autrement cela me dou-
neroit pi us de chagrin , ainsl je vois bien
que la brute ne viene que de mon Mar-
chand , qui retient ies Lettres pour retirer
double interet, eufaisant prohter l'argent;
j'en ai écrit à mon Pére , & j'attends sa ré-
ponse au plutôt, asin de mieux {avoir la
carde de ce retardement. Au rehe je me
recommande à vos bonnes grâces, & je suis
de tout mon cœur.

XXXI.
/^Ornme il n'y a personne que j'esfime,
^ & que j'honore plus que vous , &
qui mérite d'être esfimé de tous les hon-
nêtes gens, je ne puis, Monheur, voir
renouveller cette année, sans vous renou-
veller eu même tems les assurances de mes
très - humbles respeds & scrvices , & sans
prier Dieu, comme je fais de tout mon
cœur, de vouloir vous conserver de lon-
gues années en bonne & parfaite sauté , &
de vous enrichir de plus en plus de toutes
ses grâces temporelles & spirituelles. J'es-
pére que sachant la part que je prends à
toutes vos fortunes , vous voudrés bien me
faire l'honneur de croire , que personne ne
lesbuhaite avec plus d'ardeur que moi, &
que
loading ...