Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 52
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0086
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
s2, Fur/hAfrer Fe BF;7/e'ru/rf.

reBer dans ce qui touche une persorine, qui
ne peut ìe mériter que par la sincérité avec
laquelle je fais profellìon d'être.

XXXIV.

Ous ne pouviés me donner une pius


V grande joie , qu'en m'apprenant que
vos affaires lont Unies , & que vous êtes
content ; j'y prens toute la part qu'un vé-
ritable ami doit y prendre ; j'en appren-
drai le détail avec plailir à notre entrevue :
je lêrai à Paris dans quinze jours. Je vous
luis très-obligé de l'offre gracieuie que
vous me laites de votre mailon ; je l'accep-
te de tout mon cœur, pour vous marquer
que je veux vivre avec vous avec franchi-
le & liberté. Faites-moi l'honneur d'en
user de même avec moi , qui veux être
toute ma vie.

XXXV.

^XUe ne vous dois-je point, &de quel-
le manière pourrai - je vous exprimer
la parfaite reconnoidance , que j'ai pour
toutes les bontés dont vous m'accablés tous
les jours? Vous ne vous êtes pas contenté
de me rendre lervice lorsque je vous en
ai prié ^ vous m'avés prévenu dans mes

deman-
loading ...