Antonini, Annibale
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 58
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
y g FuuM/Ferer Je

XXXsX.
YE vous protese que je ne suis pas moins
J que vous ennemi des complimens. Mais
vous me permettrés, s'il vous p!ait, de
vous ad'urer que j'emploierai dorénavant:
tous mes soins , pour vous témoigner
combien je vous suis redevable de toutes
les bontés que vous avés eues pour moi,
& que je ne serai jamais content que je
n'aie trouvé l'occasion de vous faire con-
noitre que je suis véritablement.

XL.
^ 'Amitié que je vous ai jurée, me force
aujourd'hui à vous demander raisbn de
votre Mence. Je me doute bien que vous
ne manqueras pas d'exeuses pour l'autori-
ser ; mais je vous supplie de croire aussi,
qu'à moins qu'elles ne suient légitimes, je
ne ceisèrai jamais de me plaindre. Vous
aurés beau alléguer le défaut d'occaiions de
me saire tenir vos Lettres, ou l'accident
inopiné de quelque maladie , dont vous
n'aurés eu que la pensee, pour vous julfi-
Ler de mes reproches ; tout cela ne sera
point capable de me satisfaire. Avoués vo-
tre faute smcérement , vous aurés plutôt
fait, puisque c'esf le seu! moiende m'affer-
loading ...