Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 66
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
66 Je

XLVI.
TE ne vous remercie pas des nouvelles preu-
^ ves que vous m'avés données de votre gé-
nérolité, en vous réjouillant du bonheur qui
m'esf arrivé ^ parce que ce (ont des adions
qui vous sont h propres, qu'il vous sera
toujours impossible de vivre d'une autre ma-
nière. Ainii je vous loué au Heu de vous re-
mercier, & je m'effime heureux de servir
d'objet à vos vertueuses inclinations, dont
j'aurois de la jaloulie H elles se pouvoient ou
acquérir ou imiter. Mais comme elles sont
nées avec vous, je me reierve la seule admi-
ration , & suis.

XLVII.
T)Uisque vous prenés part au bonheur qui
m'esf arrivé, il faut aulii que vous par-
ticipas a l'avantage du nouveau crédit que
j'ai acquis. Ainii je vous prie de ne me
pas épargner dans tout ce qui dépendra de
moi , puiique je suis dans la plus grande
impatience du monde de vous témoignée
que je suis véritablement.

\

xLvm.
loading ...