Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 72
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Je

de m'en donner l'emploi, étant bien aile
de vous témoigner en tout tems que je
suis véritablement.

LH.

TE vous adure , Moniteur , que vous m'a-
J vés bien trompé. Je croïois avoir mis
un homme shge auprès de Aloniieur le
Marquis , cependant il le plaint de votre
négligence. En vérité l'état d'où je vous
ai tiré , devroit bien vous donner de la
docilité & une conduite plus réglée. La
Eerté vous convient moins qu'à pcrsbnue.
Penses - y sérieusement ; & comptés que
vos malheurs ne me toucheront nullement
ii vous vous les attirés. Faites en sorte
que je n'entende plus les mêmes plaintes, si
vous voulés que je m'intérede pour vous, &
que je ibis toujours.

LIH.

vous recommande un Cavalier de rues


d amis qui étoit fort embarrade. Il va à
Vienne & il n'y connoit perlonue. Je ne
puis mieux saire que de vous l'adreder :
je crois que vous lerés content l'un de l'au-
tre ; car Moniteur . . . . ess un homme à
qui il ne manque rien pour l'agrément de
la sbcictéy & vous êtes bien capable de jui

fai-
loading ...