Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 76
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
y 6 Fumi/mrcr Je

LV.
ïL a été fort aile de m'acculer d'avoir mé-
-* *- dit de vous ; mais je déhe tout ie mon-
de enlemble de me convaincre. Je nesau-
rois avoir parié , que quelqu'un ne m'ait en-
tendu; qu'on me repréiénte donc mes té-
moins , je m'engage à prouver leur im-
posture. je ne mets rien en avant que je
n'exécute: faites-moi seulement connoitre
ces faileurs de rapports, & je vous ferai voir
leur malice, vous suppliant de croire que
je perdrois plutôt toute choie au monde
que le relpecs que je vous dois , & qu'aind
je ne vous donnerai jamais sujet de vous
plaindre de moi, faisant profeiiion d'étre
véritablement.

LVI.
*ìE ne veux point me julfider de parole
^ touchant la calomnie qu'on a avancée
contre moi ; je vous ferai voir en effet
mou innocence aulì! claire, que la malice
de ceux qui l'ont voulu débiter elf noire
& pernicieuse. Si je les connoilsbis , j'en
aurois déjà tire raiibu pour vous la faire ,
délirant me mettre hors d'inquiétude , &
vous, Monheur, horsdeloupqon. Je ne
m'oublierai jamais julqu'au point de per-
loading ...