Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 80
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0114
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
go Fum'Advi
sbuhaiterois pour me contenter, d'être au-
près de vous : mais ie malheur veut que je
me trouve arrêté en cette Vide par des as-
faires que je ne puis abandonner. Tous
ces ohsfacles cependant n'empêcheront point
que je ne m'acquitte de ce que je vous dois ,
il vous me jugés utile à vous rendre quel-
ques sèrvices. C'elfde quoi je vous adure,
& que je serai toute ma vie. *;

LIX.
QÏ j'eude plutôt recouvré ma santé, je vous
^ aurois plùtôt remercié du reisentiment
que vous m'avés témoigné avoir de ma
maladie : mais comme elle a été fort lon-
gue , j'ai été contraint de retarder à vous
rendre ce devoir de remerciment jusqu'à
ce jour que je m'en acquitte. Ce n'eH
pas d'aujourd'hui que je sais combien vous
êtes seniible à ce qui touche vos amis ;
c'elt ce qui fait aulii que vous en avés
sans nombre. Mais je puis vous aiïurer
que de tous ensemble je suis.

LX.
/"""'Esf: avec un extrême regret qu'il faut
^ que je trouble aujourd'hui votre repos ,
par
loading ...