Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 84
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile


LXL
1E resiens mille fois plus vivement que je
d ne puis vous l'exprimer le coup fatal dont
vous avés été frappée : votre douleur elt
il jusfe, qu'il n'y a persorine qui la puisie
condamner. Vous avés perdu un époux,
qui vous chérisioit d'une affedion égale à
celle que vous aviés pour lui : vous l'avés
perdu d'une manière qui doit, ce me sèm-
ble , augmenter votre chagrin , puisque
c'eif après une longue ablènce. Mais ,
Madame, votre consolation doit être bien
grande d'avoir appris les sentimens dans les-
quels il esf mort, & de quelle manière il
a rempli le peu de terns que Dieu lui a ac-
cordé entre sa blesiure, & la fin de sa vie:
vous avés été après lui l'unique objet qui
l'ait occupé dans les derniers momens. Si
vouspouviés, Madame, vous consoler du
côté de la gloire; il en a acquis une im-
mortelle par son courage héroïque , & par
les services lignalés qu'il a rendus à son
Prince & à sa Patrie. L'éloge que le Roi
a fait de ses vertus, nous a fait voir à quel
point il l'esïimoit, & quelle fortune il en de-
voit attendre : mais le Seigneur a pris soin
de lui en donner une plus éclatante , &
qui n'a rien à craindre de la vicissitude à
laquelle le monde est sujet. Unisions nos
dou-
loading ...