Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 100
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
me rendes un peu de julfice de m'aimer.
Moniteur , car perlonne ne vous elftme
tant, m avec une plus grande connoidance
de caule que moi. Je connois tout ce
qu'il y a de ménte moderne dans le Roïau-
me. J'ai commerce avec tous ceux qui te
mêlent d'écrire ; il n'y en a point à qui je
ne vous préféré, & c'elf avec la plus gran-
de lincérité du monde , que je vous en as-
sùre. Mon indispolltion m'empêche de
vous envoier mes réflexions, car )e ne luis
pas allés bien pour m'appliquer à les arran-
ger ; mais ce lera pour une autre lois, s'il
vous plaît. J'ai eu de grandes conférences
avec Madame de ... . sur le dedein que
vous avés de revenir à Paris pour vos aL
faites : elle doit vous avoir mandé nos pen-
lêes ; s'il vous venoit dans l'elprit quelque
expédient, où nous publions quelque cho-
ie, mandés-le nous. Je crois que vous
pourriés réulîir à écrire de tcms en tems à
Madame ... du beldin que vous avés de
revenir à Paris pour vos affaires. Je suis
avec mon relpect ordinaire.

LXX.
l'Ai bien du chagrin d'être long-tems lans
recevoir de vos Lettres ; mais c'elf en-
core plus pour la radon qui vous empêche
de m'écrire , que pour le plaidr que je
n'ai
loading ...