Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 104
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0138
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
io^ EwisEerer Je ELnjA'aure.
mariage de mon Als aine. Vous m'avés
témoigné quelquefois que vous aimés
mieux rendre à vos amis des sêrvices efê
fcélifs , que de leur faire des complimens,
& des cérémonies. Cependant je ne sau-
rois vous exprimer avec quelle pasAon la
Marquise souhaite , que vous aïés la bon-
té de vous trouver à la noce de la Aile;
& quoiqu'elle ait Aijet d'être contente d'un
mariage A avantageux , sa joie lêra impar-
faite, A elle ne voit dans l'aisêmblée son
couiin le Lieutenant de Roi. Vous con-
noisses la vanité des femmes, quoiqu'il
parler franchement, A elle n'en avoit ja-
mais de moins raisbunable , elle ne parti-
ciperoit point à la foibleise du sexe, & ce
qu'elle souhaite en cette rencontre, je ne
le souhaite pas moins qu'elle. Je n'ose-
rois pourtant vous en presler ; mais A vous
nous honorés de votre présence, nous vous
en aurons tous deux une extrême obliga-
tion. Je suis.

Lxxn.
TL y a peu d'honnêtes gens qui ne vous
admirent, Mademoiselle, & ce n'est pas
d'aujourd'hui que je suis charmé de tout
ce qui vient de vous , & que vous êtes
bien dans mon esprit. Mais A j'ose vous
dire ce qui se pasle dans mon cœur, le
Billet
loading ...