Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0140
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ic6 Ferrei Je Bien Jm/re.
Billet que vous m'avcs fait l'honneur de
m'écrire, vous y a mile bien avant. On
ne devroit souhaiter d'être agréable que
pour piaire aux pcrsonnes comme vous,
qui jugent sainement de tout. Et li j'al-
lois m'imaginer, qu'ii y en eût beaucoup
dans ie monde, que je puisé voir quelque-
fois , j'aurois bien de ia peine a me tenir
dans la retraite, ou mes jours s'écoulent
tranquillement. J'ai donné de la jalousie
à un de vos amis & des miens , en lui
montrant votre Billet, & l'aisûrant aulii,
que jamais ni lui, ni Voiture n'ont rien
fait de ce prix - là. Je ne sais H vous ne
serés point surpriie, que je me sois vanté
d'une faveur qui me devoit rendre ailés
bcureux en moi - même , sans le dire à
persorine. Mais , Mademoiselle , li vous
vouliés qu'elle fût sêcrette , il ne falloir
pas m'écrire des choies qui vous donnent
tant de gloire, & qui me sont 11 avanta-
geuses. J'ai l'honneur de vous être par-
faitement.

LXXIII.
s"^Ue vous ai-je fait, Moniteur, pour
vous obliger de m'abandonner ? J'étois
déjà malheureux quand vous me promîtes
de m'aisiifer. Outre que les disgraces de
vos amis, & de vos serviteurs ne vous
rebu-
loading ...