Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 112
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0146
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
112 Z.^7Ti Fu77li/is7Vi
Dntes asfaires, que vous repreniés endnte
aux dépens même de votre sauté, pendant
de longues veilles. Jugés de-là, Mon-
iteur, d l'on esf obligé de faire des vœux
pour une santé aulii précieuse que la vôtre ,
& h je ne dois pas être des premiers à le fai-
re , puisque j'ai redenti les plus puidans
effets de votre proteêfion. A Dieu ne plaisc,
AI ondeur, qu'aprés vous être aind redeva-
ble, je laide palier cette nouvelle année
Dns vous témoigner la joie que j'ai, de ce
que vous la commencés en parsaite santé :
& quoique je ne puiise me datter que mes
vœux soient esficaces, je les continuerai
toute ma vie pour votre conservation , &
ne cederai jamais d'être.

LXXVI.
TE ne puis différer les occadons de vous
d rendre mes devoirs, & je croirois avoir
mal commencé l'année, d je ne vous donnois
de nouvelles alsurances de mon amitié, & si
je ne vous demandois la continuation de la
vôtre,dont je tâcherai de me rendre digne par
l'exactitude avec laquelle j'exécuterai les or-
dres , dont je vous prie de m'honorer. S'il ne
falloitque des vœux pour cela, je le dispu-
terois à qui que ce fût ; car je puis vous
aisu-
loading ...