Antonini, Annibale  
Recueil De Lettres Françoises, Et Italiennes De Bienseance Et Marchandes, Pour Ceux Qui Souhaitent D'Aprendre A Bien Ecrire En Italien, Selon Les Bons Principes Et La Nouvelle Ortographe: Avec Un Abrégé Sur La Maniére De Garder Le Ceremonial, Et De Dresser Les Lettres, Selon Le Stile Le Plus Moderne Des Italiens — Basle, 1768 [VD18 12073032]

Seite: 120
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/antonini1768/0154
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
120 ^
haiter en meme tems que vous m'aimiez
longues années ; car je m'imagine que nous
ne nous avilèrons jamais de mettre à nos
amitiés d'autres bornes, que celles de nos
jours. Je luis.

LXXX.
Î^Ermettés- moi de vous faire part des ma-
ximes d'un Livre Espagnol , donc on
lait par-tout une eRime particulière. Celi
proprement un Recueil de préceptes très-
utiles pour la conduite des personnes qui
vivent dans le grand monde, & qui posfe-
dent comme vous une Charge conlidérable
à la Cour. Il marque lur-tout que l'oiliveté
eR l'un des vices que l'on doit principale-
ment éviter. Suivant l'Auteur, ce vice eR
l'ennemi déclaré non-seulement de la vertu ,
mais de la vie. Un homme oiilf, y lit - on ,
relsemble plus à une Ratuë qu'à un homme
vivant. Il vaut mieux s'occuper à des
choies peu utiles , que de rien faire du
tout. La vie eR courte : on n'a point de
tems à perdre, quand on veut s'inRruire
des devoirs de son état. Un Philosophe
disoit autrefois, que les Dieux donnent des
biens aux hommes à proportion qu'ils s'en
rendent dignes, & qu'ils les melurent sur
leur travail. Entre tous les animaux , Pla-
ton prise extrêmement l'Abeille, & lui don-
ne
loading ...